Evolution de la position de la SFA

SFA : Octobre 2008

SFA : Juin 2010

SFA : Novembre 2010

SFA : Décembre 2010

Vos questions sur le baclofène

Je ne peux que vous inviter à vous inscrire sur le Forum patients de l’Association AUBES,  réseau d’entre-aide inestimable pour vous accompagner tout au long de votre parcours avec le baclofène, et dont ce site est le prolongement purement informatif.

C’est grâce à ce forum que j’ai connu le baclofène, trouvé un médecin et que j’ai et que j’ai pu progresser entourée et soutenue durant mon traitement, toujours en cours d’ailleurs.
Vous y trouverez compréhension, soutien, partage, et conseils.




 

Toutefois, vous pouvez également me poser vos questions ici si vous le souhaitez.
J’y répondrais volontiers dans les limites de mes connaissances en la matière.

 

Distinguer le craving de l’habitude

Les habitudes, le rituel, ancrés depuis tant d’années dans notre fonctionnement …
Ca ça nous empoisonne !
C’est un peu déstabilisant et à dire la vérité carrément pénible, car ça fini par instiller le doute.

Une fois le craving disparu, pourquoi continuer à boire, sans envie particulière, voire en se forçant, tout ça parce qu’il est l’heure du rituel ?

Certains en viennent même à penser que le baclofène ne marche pas, qu’ils ne sont pas à la dose seuil, qu’il faut encore augmenter.

Le baclofène marche, c’est quasi obligatoire qu’il marche, puisqu’il rétablit une déficience « chimique » dans le cerveau commune à tous les dépendants.
Mais il ne soigne pas les cors aux pieds, et ne fait pas le café non plus !
Il fait 90 % du boulot, et son boulot c’est de tuer le craving sans aucun effort pour le patient qui peut même continuer à boire pendant le traitement.
A nous de nous employer à faire les 10 % restants.

Le deal est à notre avantage non ?
Au début on est tellement habitué au craving et pas à l’habitude qu’on se demande s’il s’agit de l’un ou de l’autre.
Mais on parvient assez vite à faire la différence : quand un craving arrive, on ne pense qu’à ça, à assouvir cette envie irrépressible, rien ne peut nous en détacher.

L’habitude elle, ne résiste en général pas, à un détournement de l’attention.
Ca peut être tout bête : passer un coup de fil, sortir le chien à ce moment là, aller poster son courrier…
Ca peut être aussi de ne pas avoir d’alcool chez soi pour ne pas être tenté.
Ou de s’octroyer 2 verres voire 3 maxi par plaisir, ne pas se forcer à tout boire. Dès que l’envie n’est plus là : direction l’évier .

Chacun peut trouver sa solution

D’ailleurs vos commentaires et vos trucs à ce sujet, seront les bienvenus !