Le forum baclofène.fr est le prolongement de ce site

Bonjour,

Ce site est purement informatif.
Il a pour but de vous aider à comprendre le fonctionnement du baclofène, le déroulé du traitement qui est pour le moins atypique.

Si vous recherchez du soutien, un médecin proche de votre domicile, une aide personnalisée de ma part sur votre traitement, ou tout cela à la fois : merci de vous inscrire sur

le forum baclofene.fr patients/ médecins

C’est avec un immense plaisir que nous vous viendrons en aide pour vous sortir de votre dépendance, quelle qu’elle soit.

A très vite !
La liberté est au bout du chemin.
Changethescript

Malades mais non coupables

 

L’alcoolisme, comme la toxicomanie, est une maladie, et non un vice.
De récentes découvertes sur la chimie des neurones ont permis de montrer que la volonté n’est pas mise en cause dans les phénomènes d’addictions.

Environ 10 personnes sur 100 sont prédisposées à devenir dépendantes d’une substance comme l’alcool, l’héroïne, les médicaments, etc.

C’est la rencontre avec le produit qui déclenche la maladie.
Impossible de s’arrêter de consommer, la volonté n’a aucune prise sur la consommation.
Le malade devient l’esclave du produit.

En automne 2008, le Professeur Olivier AMEISEN a sorti un livre « Le dernier verre », qui raconte comment il a guéri son alcoolisme à l’aide d’un vieux médicament générique (le baclofène).

Il a découvert que pris à une certaine dose ce médicament entraînait une indifférence à l’alcool.

Le 1er verre n’entraîne plus le second et les suivants.
Il ne s’agit pas d’abstinence au prix d’une lutte quotidienne de tous les instants, mais d’indifférence amenant à la liberté de consommer ou pas.

Nous sommes désormais plusieurs milliers, en France et à l’étranger, à avoir la chance d’être soignés par un médecin qui nous prescrit du baclofène.
Et les témoignages sont éloquents, c’est une bouffée d’oxygène, une aide inestimable pour prendre le dessus sur l’addiction.

L’information concernant cette molécule commence à être relayée mais n’était jusque là que pas ou peu diffusée, pour la bonne et simple raison que ce médicament est tombé depuis longtemps dans le domaine des génériques.
Et aucun laboratoire ne s’intéresse à de nouvelles applications possibles du baclofène.
Tout le monde a le droit d’en fabriquer.
Donc ça ne rapporte à personne, il n’y a pas d’exclusivité possible.

De plus, cela met en péril tout un système de prise en charge des malades alcooliques, système très coûteux, très lourd, et inefficace mais qui fait vivre beaucoup trop de monde… Et cet aspect a la vie dure ! Encore aujourd’hui en août 2015, les réticences perdurent …

Le baclofène était jusqu’alors utilisé par les neurologues pour soigner des troubles musculaires bénins chez les malades de la sclérose en plaques.
Il peut s’administrer de deux façons : par voie orale (comprimés) ou par voie intrathécale (injection directe dans le cerveau).
Les malades alcooliques (ou toxicomanes) le prennent sous forme de comprimés.

Sous cette forme, le baclofène n’a jamais causé de décès, ni de troubles graves ou irréversibles.

Même par tentative de suicide (jusqu’à 250 comprimés en une prise) personne n’est jamais décédé suite à l’absorption de comprimés de baclofène.
Le baclofène, est un vieux médicament (plus de 40 ans), dont les effets sont bien connus.

Le taux de réussite, avec ce traitement est proche de plus de 60% de rémission d’après les études de Renaud de Beaurepaire (contre 90 % d’échec avec les méthodes « traditionnelles »).

Lire son ouvrage : « Vérités et mensonges sur le baclofène »,paru en février 2014.

L’alcool tue (120 morts par jour en France), les drogues tuent, le baclofène ne tue pas.

Sur ce site vous allez pouvoir trouver des informations sur  le baclofène dans le traitement de l’alcoolisme, sachant qu’il fonctionne également pour d’autres addictions : médicaments (antidépresseurs, anxiolytiques, codéine), cocaïne, cannabis, subutex, boulimie.

Ici nous parlons d’alcoolisme, mais il nous a été donné de constater que des malades alcooliques consommateurs de cannabis guérissaient de cette addiction avant de guérir de celle de l’alcool.

Bref, on peut sans grand risque affirmer que cette molécule est la molécule qui guérit des addictions.

Mais c’est miraculeux, trop beau pour être vrai !

Cela n’a rien de miraculeux, vous le constaterez par vous-même en parcourant ce site documenté d’articles scientifiques , d’explications neurobiologiques, d’articles de presse, d’audios, de vidéos, et de témoignages de guérison.

Bonne visite

La liberté est au bout du chemin !

changethescript

Petites précisions sur le fonctionnement du site :
Sur la page d’accueil en dessous de cette introduction, sont publiés les derniers articles, totalement dans le désordre, car ils apparaissent en une par date de publication.
Mais le site est structuré : il vous suffit de naviguer dans les onglets du menu en haut, juste en dessous de la bannière et au dessus de cette page, tout est organisé.

Compte-rendu d’une demande concertation avec l’ANSM concernant la RTU du baclofène

Un contre-rapport sur l’étude CNAM-INSERM, qui a conduit à la restriction de la RTU, signé par les Professeurs Amine Benyamina, Georges Brousse, Olivier Cottencin, Maurice Demattéis, Philippe Jaury, Philip Gorwood,Bernard Granger, Jean-Roger Le Gall,Didier Sicard, Nicolas Simon, Florence Thibaut a fait l’objet d’une réunion de concertation à l’ANSM vendredi 13 octobre.
En voici le compte rendu rédigé par Bernard Granger et Catherine HIll.
Il démontre la non validité de l’étude mais pour autant rien ne laisse présager une modification de la RTU à 80mg.
C’est la raison pour laquelle nous vous invitons toujours à rejoindre le collectif BACLOHELP qui regroupe patients, proches de patients, médecins et associations et a le mérite d’avoir été lancé par un juriste de formation, très déterminé à obtenir gain de cause.
Une non réaction forte des usagers à cette restriction, n’augure rien de bon pour la future AMM demandée pas le laboratoire Ethypharm.
Il faut se mobiliser si l’on veut obtenir cette AMM à doses efficaces.

Création du collectif Baclohelp

Ceux d’entre-vous qui ont signé la pétition ont reçu sa dernière mise à jour BACLOHELP SUR ORBITE annonçant la création du Collectif Baclohelp.

Il s’agit de réunir toutes les forces vives autour de la défense du baclofène pour une action commune plus percutante.
AUBES le rejoint dès à présent et nous vous invitons à en faire de même individuellement.

L’ANSM n’a toujours pas répondu à nos courriers, dont celui de la semaine dernière: une demande de concertation avec les trois associations d’usagers, Aubes, l’Association Baclofène et l’ Association Olivier Ameisen.
La situation ne peut pas rester dans cette impasse et la restriction des doses à 80mg doit être levée.

Nous vous invitons  à rejoindre ce collectif.
Précision importante : il est possible de le faire anonymement. 
Pour ce faire : le site très complet et très clair du collectif : Baclohelp
Merci de votre mobilisation.

Mise à jour de la pétition « Le baclofène sauve des vies, sauvons le baclofène. Phase pré contentieuse engagée.

La pétition et nos différents courriers étant demeurés lettre morte, nous allons passer à la vitesse supérieure.
Un dépôt de plainte initiée par Thomas MAËS-MARTIN, rédacteur de la pétition initiale, pour mise en danger de la vie d’autrui se profile.

La phase pré contentieuse est désormais engagée.
L’ANSM et le ministère de la santé ont jusqu’au 24 novembre pour infléchir leur position.
Faute de quoi, nous ferons collectivement le nécessaire auprès du juge administratif (recours en annulation sur la base de l’erreur manifeste d’appréciation et défaut de base légale) et du juge pénal.

Pour lire les détails de ces actions en cours et à venir :

Mise à jour de la pétition  » le baclofène sauve des vies », sauvons le baclofène »

A écouter et à lire.

Une émission très intéressante sur France Culture, à la fois sur l’alcoolisme et le baclofène, avec Bernard Granger.
La dépendance à l’alcool : raison ou déraison autour du baclofène ?

Un article du Flyer cosigné par plusieurs prescripteurs et pharmaciens, à paraître dans leur numéro de la rentrée: Baclofène : pour qui et surtout comment ?

Courrier de l’ANSM aux professionnels de santé en date du 11 août 2017

Enfin une bonne nouvelle de l’ANSM qui modère quelque peu son propos dans un courrier en date du 11 août, adressé aux professionnels de santé, qui contient notamment cette phrase importante:

« La prescription et la délivrance de baclofène hors AMM et hors RTU reste possible, sous la responsabilité des professionnels de santé concernés qui ont alors pour obligation d’informer les patients des bénéfices et des risques attendus dans cette situation ».

Et rappelle aux pharmaciens qu’en l’absence d’une nouvelle prescription par le médecin, ils se doivent de délivrer celle qui figure sur l’ordonnance.

Vous pouvez évidement imprimer et montrer ce document aux pharmaciens si ceux-ci vous refusent votre prescription au-delà de 80mg/jour.

« Courrier de l’ANSM aux professionnels de santé relatif à la restriction de la RTU du baclofène à 80mg/jour. » 

 

Pétition, SFA et pressions sur l’ANSM : il faut continuer !

Les choses bougent:
La pétition en ligne vient de décoller de façon exponentielle. En 24h elle est passée de 1200 soutiens à plus de 5000 hier soir.
Ce n’est pas une raison pour relâcher la pression, bien au contraire: continuez à la signer et à la faire signer: Pétition

Par ailleurs, la SFA vient de publier un communiqué qui montre une réelle évolution positive pour notre combat:

Communiqué de la Société Française d’Alcoologie

La pression sur l’ANSM est donc à son maximum à l’heure actuelle: il faut continuer !

Vous pouvez aussi le faire en écrivant directement à son directeur Dominique Martin : dominique.martin@ansm.sante.fr, en vacances jusqu’au 21 août….
Mais aussi à sa secrétaire qui, elle, la pauvre, ne l’est pas : edwige.gondouin@ansm.sante.fr..

La rentrée risque d’être rude pour eux : mais la maladie, elle, ne prend pas de congés…