Malades mais non coupables

L’alcoolisme, comme la toxicomanie, est une maladie, et non un vice.
De récentes découvertes sur la chimie des neurones ont permis de montrer que la volonté n’est pas mise en cause dans les phénomènes d’addictions.

Environ 10 personnes sur 100 sont prédisposées à devenir dépendantes d’une substance comme l’alcool, l’héroïne, les médicaments, etc.

C’est la rencontre avec le produit qui déclenche la maladie.
Impossible de s’arrêter de consommer, la volonté n’a aucune prise sur la consommation.
Le malade devient l’esclave du produit.

En automne 2008, le Professeur Olivier AMEISEN a sorti un livre (« le dernier verre ») qui raconte comment il a guéri son alcoolisme à l’aide d’un vieux médicament générique (le baclofène).

Il a découvert que pris à une certaine dose ce médicament entraînait une indifférence à l’alcool.

Le 1er verre n’entraîne plus le second et les suivants.
Il ne s’agit pas d’abstinence au prix d’une lutte quotidienne de tous les instants, mais d’indifférence amenant à terme à la guérison.

Nous sommes plusieurs centaines, en France et à l’étranger, à avoir la chance d’être soignés par un médecin qui nous prescrit du baclofène.
Et les témoignages sont éloquents, c’est une bouffée d’oxygène, une aide inestimable pour prendre le dessus sur l’addiction.

L’information concernant cette molécule n’est pas ou peu diffusée, pour la bonne et simple raison que ce médicament est tombé depuis longtemps dans le domaine des génériques.

Et aucun laboratoire ne s’intéresse à de nouvelles applications possibles du baclofène.
Tout le monde a le droit d’en fabriquer.
Donc ça ne rapporte à personne, il n’y a pas d’exclusivité possible.
De plus, cela met en péril tout un système de prise en charge des malades alcooliques, système très coûteux, très lourd, et inefficace mais qui fait vivre beaucoup trop de monde…

Le baclofène était jusqu’alors utilisé par les neurologues pour soigner des troubles musculaires bénins chez les malades de la sclérose en plaques.
Il peut s’administrer de deux façons : par voie orale (comprimés) ou par voie intrathécale (injection directe dans le cerveau).
Les malades alcooliques (ou toxicomanes) le prennent sous forme de comprimés.

Sous cette forme, le baclofène n’a jamais causé de décès, ni de troubles graves ou irréversibles. Même par tentative de suicide (jusqu’à 250 comprimés en une prise) personne n’est jamais décédé suite à l’absorption de comprimés de baclofène.
Le baclofène, est un vieux médicament (plus de 40 ans), dont les effets sont bien connus.

Le taux de réussite, avec ce traitement est de 88% d’après la première étude qui vient d’être publiée en France (contre 90 % d’échec avec les méthodes « traditionnelles »).

L’alcool tue (120 morts par jour en France), les drogues tuent, le baclofène ne tue pas.

Sur ce site vous allez pouvoir trouver des informations sur  le baclofène dans le traitement de l’alcoolisme, sachant qu’il fonctionne également pour d’autres addictions : médicaments (antidépresseurs, anxiolitiques, codeïne), cocaïne, cannabis, subutex,  boulimie, et même le tabac.

Ici nous parlons d’alcoolisme, mais il nous a été donné de constater que des malades alcooliques consommateurs de cannabis guérissaient de cette addiction avant de guérir de celle de l’alcool.

Bref, on peut sans grand risque affirmer que cette molécule est la molécule qui guérit des addictions.

Mais c’est miraculeux, trop beau pour être vrai !

Cela n’a rien de miraculeux, vous le constaterez par vous-même en parcourant ce site documenté d’articles scientifiques , d’explications neurobiologiques, d’articles de presse, d’audios, de vidéos, et de témoignages de guérison.

Vous pouvez participer à ce site en postant sous chaque article vos commentaires, et vos questions éventuelles auxquelles je répondrais personnellement.

Bonne visite

La guérison est au bout du chemin !

Petites précisions sur le fonctionnement du site :
Sur la page d’accueil en dessous de cette introduction, sont publiés les derniers articles, totalement dans le désordre, car ils apparaissent en une par date de publication, ou dès que je change la mise en page ou une virgule.
Mais le site est structuré : il vous suffit de naviguer dans les onglets du menu en haut, juste en dessous de la bannière et au dessus de cette page, tout est organisé.

 


Posted in Introduction, Non classé | Tagged , , , , | 2 Comments

Europe 1, « Pourquoi docteur  » du 13 avril 2014

« Le docteur Jean-François Lemoine réunit tous les meilleurs spécialistes pour répondre aux questions des auditeurs et débattre des grandes problématiques actuelles : les avancées de la médecine, les nouveaux traitements, les médicaments retirés du marché…

 Avec le Pr. Amine Benyamina (psychiatre au département de psychiatrie et d’addictologie de l’hôpital Paul Brousse à Villejuif, responsable du centre d’addictologie) et le Pr. Bernard Granger (chef du service de psychiatrie à l’hôpital Tarnier à Paris).

 Malgré une consommation en recul de 50% en 50 ans, l’alcool reste la deuxième cause de mortalité évitable en France, juste derrière le tabac. On constate aujourd’hui un rajeunissement de l’alcoolisme. Selon les chiffres, un collégien sur six et trois lycéens sur cinq ont déjà été ivres. Mais l’alcoolisme reste une préoccupation santé nationale de tous les âges. Avec l’arrivée du Baclofène, une révolution s’amorce dans le traitement de cette addiction. On parle même de « médicament miracle »

A écouter ici :  Pourquoi Docteur ? L’alcoolisme.

Posted in Documentation, Radio/TV | Leave a comment

Le blog de Bernad Granger

A ne pas manquer : le blog du Professeur Bernard Granger : La saga du baclofène

Posted in Documentation, Publications internet | Leave a comment

Pascal Gache et autres vidéos à voir sur rts info

A voir : Pascal Gache, sur rts info :

Un médecin suisse réclame l’utilisation du baclofène pour traiter l’alcoolisme.

Posted in Documentation, Presse Française | Leave a comment

RTU Baclofène : protestation des psychiatres.

Communiqué de presse des organisations de psychiatres à propos de l’octroi de la RTU.

Les suites dans la presse :

* « Pourquoi docteur ? »: Baclofène : les psychiatres veulent pouvoir le prescrire à leurs malades.
* Le Quotidien du médecin : Baclofène : les psychiatres et la fédération addiction veulent faire sauter les restrictions de la RTU.

Posted in Documentation, Presse écrite, Presse Française | Leave a comment

Que dit la RTU octroyée au Baclofène ?

14 mars 2014 :

Enfin une RTU pour le baclofène à compter du 17 mars 2014 !

C’est une formidable victoire, même si elle est assortie de restrictions :

* Pas de prescription en 1ère intention :

 » Le baclofène pourra être prescrit après échec des autres traitements disponibles chez les patients alcoolo-dépendants dans les deux indications suivantes :

  • Aide au maintien de l’abstinence après sevrage chez des patients dépendants à l’alcool
  • Réduction majeure de la consommation d’alcool jusqu’au niveau faible de consommation tel que défini par l’OMS chez des patients alcoolo-dépendants à haut risque. »

* Des contre-indications :

« La RTU comporte des contre-indications telles que des troubles neurologiques ou psychiatriques graves (épilepsie non contrôlée, schizophrénie, troubles bipolaires, dépression sévère) ou une insuffisance rénale ou hépatique sévère. »

* Mais aussi :

    «  – A partir de 120 mg/jour, un deuxième avis par un collègue expérimenté dans la prise en charge de l’alcoolo-dépendance doit être sollicité (psychiatre, addictologue ou tout autre médecin avec formation et expérience particulière dans ce champ).
     – Pour toute posologie supérieure à 180 mg/j (120 mg pour les personnes âgées de plus de 65 ans), un avis collégial au sein d’un CSAPA (Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) ou d’un service hospitalier spécialisé en addictologie est requis.
     – La posologie de 300 mg/jour ne devra jamais être dépassée. »

* Enfin : Mise en place d’un protocole de suivi

« Le protocole de suivi de la RTU propose un cadre d’utilisation sécurisé qui permettra de recueillir des données d’efficacité et de sécurité dans les conditions réelles d’utilisation. Les données collectées seront transmises par le prescripteur via un portail électronique spécifique . La synthèse de ces données « en vie réelle » sera complémentaire de celles issues des essais cliniques. »

Lire l’intégralité : Une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) est accordée pour le baclofène

 Que signifie cette RTU ?

* Même si il s’agit toujours d’une prescription hors AMM, les médecins peuvent prescrire du baclofène en toute « légalité », jusqu’à 300 mg/jour.

Cela ne signifie pas pour autant qu’ils soient obligés d’accepter de le prescrire.
Et il faut déjà avoir essayé d’autres molécules ayant une AMM dans l’indication de l’alcoolo dépendance.

* La prescription dans le cadre de la RTU n’est pas obligatoire.

Il sera toujours possible de prescrire hors RTU, comme avant, et donc de passer outre les restrictions, la responsabilité du prescripteur pouvant dans ce cas être engagée en cas de problème.

* Le protocole de suivi est anonyme :

  1. Ne sont exigés que les 3 premières lettres du nom de famille, l’initiale du prénom, et la date de naissance du patient.
  2. Avec chaque ordonnance, sera remis au patient une attestation mensuelle de traitement, comportant le dosage prescrit, des recommandations d’usage, et un rappel des effets indésirables susceptibles de se manifester.
    Ne pas se laisser impressionner, ni s’affoler avec cette liste, ne comportant aucune mention de fréquence de survenance des dits effets indésirables : très fréquent, fréquent, rare, très rare, voire très très rares …
    La plupart de ceux-ci sont bénins. N’oubliez jamais que l’alcool fait 130 morts par jour, et que ses effets indésirables sont mortels.

    L’ALCOOL TUE, LE BACLOFENE NE TUE PAS.

Posted in Baclofène : Recommandation Temporaire d'Utilisation (RTU) | Leave a comment

Les suites de la RTU dans la presse.

* Le Quotidien du médecin :

Baclofène : une autorisation « historique » enfin, mais encore restreinte

* Jean-Yves Nau, journaliste et docteur en médecine :

Baclofène : sa RTU a été « oc-tro-yée » » aux alcooliques (Marisol Touraine)

Posted in Documentation, Presse écrite, Presse Française | Leave a comment

RTU BACLOFENE

Enfin une RTU pour le baclofène ! C’est une formidable victoire, bien qu’assortie de restrictions :

* Pas de prescription en 1ère intention.

* Des contre-indications : troubles neurologiques ou psychiatriques graves (épilepsie non contrôlée, schizophrénie, troubles bipolaires, dépression sévère).

* Mais aussi :

- A partir de 120 mg/jour, un deuxième avis par un collègue expérimenté dans la prise en charge de l’alcoolo-dépendance doit être sollicité (psychiatre, addictologue ou tout autre médecin avec formation et expérience particulière dans ce champ).
- Pour toute posologie supérieure à 180 mg/j (120 mg pour les personnes âgées de plus de 65 ans), un avis collégial au sein d’un CSAPA (Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) ou d’un service hospitalier spécialisé en addictologie est requis.
- La posologie de 300 mg/jour ne devra jamais être dépassée.

Lire l’intégralité : Une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) est accordée pour le baclofène

Posted in Divers, Documentation | Leave a comment

A ne pas manquer : Dimanche 16 mars 2014, « Zone Interdite » sur M6

« Zone Interdite » consacre son émission de dimanche 16 mars 2014 à l’alcoolisme au féminin.

Cette émission est visible en replay : Femmes : enquête sur les nouvelles victimes de l’alcool.

Deux femmes, deux parcours, deux témoignages souvent poignants, du combat contre l’alcool au jour le jour.
L’une est sous baclofène, l’autre pas.
Ce documentaire n’est pas un film d’investigation sur les traitements de l’alcoolisme, mais dresse le portrait de deux femmes face à la maladie, dans leur lutte pour s’en sortir.

Posted in Documentation, Presse Française, Radio/TV | Leave a comment

Les suites de la tribune libre du 27 février 2014

A lire, les suites de la publication de la tribune libre :

« Alcoolisme : pendant ce temps, les malades peuvent mourir »

* Itw du Pr Bernard Granger : Medscape France : RTU sans cesse repoussée : où se situe le blocage ?
* Le Point : Retard à l’autorisation du baclofène : la colère monte
* Celtipharm.com : Le baclofène va sauver les personnes alcoolo-dépendantes ?
* Jean Yves Nau, journaliste et médecin : Alcoolisme-baclofène : mandarins et fantassins remontent au front
* « Pourquoi docteur ? »: Autorisation du baclofène : les autorités s’impatientent
* Viva presse: Autorisation du baclofène : médecins et malades s’impatientent
* Sud Ouest : La une et 2 pages consacrées au baclofène
* France Inter, le 06 mars 2014 :



* Le Parisien : Baclofène : c’est presque gagné.
* Reportage suisse sur rts : 2 vidéos
* 20 Minutes : Le baclofène, le relaxant musculaire censé sauver les alcooliques
* France Info, le 06/02/2014, Samuel Blaise :

Partie 1 :

Partie 2 :

 

* Sur rts.ch, 2 vidéos :

Philippe Jaury : « Les patients réclament le baclofène »

Jean-Claude Ameisen : « Le baclofène a guéri mon frère »

 * RTL, avec interview de Renaud de Beaurepaire: Le baclofène guérit de l’alcoolisme, dit un médecin
* L’Express :Alcoolisme : le baclofène, une alternative à l’abstinence ?
* JT de 13 heures du 13 mars 2014, sur France 2 ( à partir de 19.29 mn) :

Médicament: le baclofène reconnu dans le traitement contre l’alcoolisme

* La Dépêche : Le baclofène bientôt autorisé pour soigner l’alcoolisme.

 

Posted in Documentation, Presse écrite, Presse Française | Leave a comment

Alcoolisme : pendant ce temps, les malades peuvent mourir

Depuis sa création en 2009, Aubes est restée mobilisée et a été rejointe par de nombreux partenaires pour gagner le combat.

Depuis le 3 juin 2013, 30.000 décès auraient pu être évités.
Mais c’était sans compter sur le retard administratif invraisemblable pris pour la promulgation de la RTU (Recommandation Temporaire d’Utilisation) tant attendue par des milliers de personnes et de médecins.

Nous ne pouvons plus attendre, ni laisser faire sans rien dire, et avons décidé tous ensemble de rédiger un texte sous forme de tribune libre, publiée dans ne nombreux organes de presse quotidienne et spécialisée :

Alcoolisme : pendant ce temps, les malades peuvent mourir

 

Posted in Documentation, Presse écrite, Presse Française | Leave a comment